Pourquoi j’ai marché ?

Vidéo de la Marche Républicaine « Thizy les Bourgs est Charlie »:

http://www.dailymotion.com/video/x2eho7l_2015-01-11-marche-republicaine-de-thizy_news

10403154_1593213147566983_1652072314555599297_nJ’ai marché, avec mes enfants, avec ma femme, parce que nous sommes tous touchés par ces odieux attentats.

J’ai marché, avec mes enfants, avec ma femme, parce que nous sommes tous Charlie Hebdo.

J’ai marché, avec mes enfants, avec ma femme, parce que les fondements de notre société sont attaqués.

J’ai marché pour défendre les principes de notre société,

j’ai marché parce qu’en filigrane se profilaient des clivages ancrés, profonds et fracturants.

J’ai marché pour défendre le débat, pour affirmer le respect de tous et de chacun.

J’ai marché parce que j’ai peur, j’ai peur de toute cette violence et de la montée des particularismes,

mais j’ai marché parce que je crois au plus profond de moi que je ne suis pas seul, que je partage ma communauté d’âme avec chacun d’entre vous.

J’ ai marché pour lutter contre cette peur, dans un grand élan d’espoir.

Évidemment, ces mouvements spontanés, ces réactions dépassent largement le journal satirique. Et heureusement ! Heureusement parce que c’est non seulement notre sentiment d’appartenance à une société, Une et Indivisible, qui est touché, mais notre imaginaire collectif. Musulmans, juifs, policiers, citoyens français, cela nous parle… et cela nous fait mal.

L’émotion passée, il faut que ce sentiment de solidarité perdure. Désormais, il est temps de faire face à notre responsabilité collective. Nous devons résister collectivement à la haine, aux accusations et au sectarisme. Il est temps d’en finir, ensemble, avec tout ce qui nous a divisé ces derniers temps. A nous de dire ça suffit, à nous de nous recentrer sur la notion du bien commun. Évitons le repli identitaire qui tuerait une nouvelle fois nos dessinateurs ! Évitons les amalgames. Évitons de soumettre notre pensée aux dogmatismes et autorités trop fortes. A nous de faire de notre devise – Liberté, Égalité, Fraternité – ce symbole universel de fierté. Elle est là, précisément, la menace : l’absence de cohésion. Bien sûr la solidarité, le Vivre Ensemble autorise le débat, mais dans un espace libéré et respectueux. La République garantit cet espace, dans un État de droit.
Nous sommes frères, nous sommes français, nous sommes un  peuple ! !

Au politique de s’en emparer pour créer une société plus juste et plus solidaire. Ce n’est pas en créant un ministère de l’Identité Nationale et de l’Immigration, qu’on réussira à tisser de nouveaux liens. Renforcer l’arsenal sécuritaire ou réfléchir sur les failles profondes qui ont conduit de tels actes ? Le risque zéro n’existe pas et même les sociétés les plus répressives connaissent des actes sanglants. Le politique doit permettre à chacun de vivre avec toutes nos différences. Il faut faire face, par une large union nationale représentée par un gouvernement d’Union Nationale, aux problèmes. Un tel gouvernement doit prendre en charge le fait religieux, et la Laïcité. Sans visée électoraliste, sans arrière pensée, si ce n’est celle d’une plus grande cohésion.

Oui nous sommes une Nation, oui nous devons affronter les problèmes que l’appartenance à cette Nation pose. Elle en pose parce que justement elle permet les confrontations d’idées, sans sectarisme. Elle en pose parce que je peux parler de tout avec tout le monde. Elle en pose parce que je peux discuter avec tout le monde, et confronter mon point de vue. Elle en pose parce que, mêmes adversaires politiques, je peux argumenter, débattre de façon virulente, et me retrouver l’instant d’après dans une certaine fraternité.

Je suis Charlie.

Jérome Tournier